Eclectic …un deuxième extrait, mon entrée dans le monde du tourisme

Je progresse lentement dans la rédaction de ce livre de souvenirs, mais je vais aller au bout …cela fait un projet de plus …
Dans cet extrait que vous livre ce soir, les origines de mon entrée dans le monde du tourisme, moi qui venais de celui du golf :

Orléans. 17 février 1988. L’invitation au voyage

Je feuillette les petites annonces de Golf Européen et découvre quatre lignes qui allaient diriger ma vie…

« Agence de Voyages spécialisée dans le golf, cherche commercial pour développer son activité »…

L’idée me séduit, je n’ai pris l’avion que trois ou quatre fois dans ma vie, la perspective de voyager et jouer au golf me fait rêver.

Mon CV ne brille pas par les diplômes, alors je capitalise sur mes expériences dans le golf, ma curiosité à découvrir le monde, mon anglais correct et mon capital Club Med !

Quelques jours plus tard, je reçois un courrier de Maurice Chalençon qui me donne rendez-vous dans sa petite agence de la Celle Saint-Cloud ; le courant passe, j’apprends le métier et m’envole pour Cork, en Irlande.

Maurice m’emmène à Killarney, à Lahinch, au County Louth Golf Club… Mon premier contact avec l’Irlande me donne envie d’y retourner.

J’aime ce pays où Golf Évasions organise des séjours linguistiques teintés de golf ; ma mission est de commercialiser ces vacances studieuses de trois semaines pour ados de 12 à 18 ans.

En ces temps-là, le telex crépite continuellement, les prospects téléphonent, les brochures sont essentielles, tout la comme la publicité dans les magazines.

J’aime cette époque, je décroche le téléphone, j’argumente, je renseigne, je fais vivre et je vends !

Aujourd’hui, Internet et ses miracles promis ne font que décevoir… Une page de publicité ne sert qu’à renforcer l’image d’un événement, les relations commerciales sont devenues virtuelles, le téléphone fixe est inutile et la prospection de nouveaux adeptes est devenue pour moi une permanente source d’interrogation à laquelle je suis bien incapable d’apporter une réponse.

Lors de mes premiers pas dans l’univers du tourisme, c’est Maurice Chalençon qui m’apprend tout !

Le mécanisme des compagnies aériennes, la négociation des contrats et surtout sa culture du tourisme et du golf que j’aime qu’il me transmette.

Sa passion est la Floride ; il faut dire qu’en ces années, Orlando est la destination golf à la mode !

En mai 1987, il m’accompagne à la découverte des parcours à l’américaine.

Il investit sur moi et aime épancher ma soif de découverte. C’est un nouveau monde que je découvre et moi aussi je suis conquis !

Cette découverte des golfs de Floride me servira pendant plusieurs années, et j’ai réussi à en faire un « best-seller » en la proposant à un tarif sans concurrence (à l’époque nous vendions pour 6950 francs, une semaine avec le vol Delta, la voiture de location, 7 nuits au Ramada International Drive et 5 green-fees sur des parcours de bonne allure)… En 25 ans, les tarifs ont bien flambé !

J’y vais souvent, commence à y avoir mes repères, me familiarise avec ces USA que je boude aujourd’hui…

J’aimais beaucoup cette période de Golf Évasions ; à tel point que je m’offre un petit 4X4 Santana noir sur lequel je fais apposer une publicité sur les portières… Je suis fier de cette marque qui sonne bien !

Déjà ma vie fait envie et cet apprentissage avec Maurice est la deuxième expérience professionnelle utile de mon parcours sur les terrains.

Mais, fin novembre 1989, j’aspire à autre chose, lorsque Bruno, un ami parisien de Donnery, me « branche » sur Radio Nostalgie qui envisage d’inviter des clients à voyager et parfois à jouer au golf !

C’est la grande époque des échanges marchandises, des dépenses somptuaires pour les annonceurs…

Cette opportunité me tente, le fait de « sortir » du golf aussi.

J’ai des idées, je sais les mettre en scène, les faire vivre et Radio Nostalgie me fait confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.