Le Grand Voyage 2017, entre Hong-Kong et Macao !

Cotai Water Jet. Lundi 6 Novembre 17H20.

C’est en direct, depuis le catamaran rapide de la compagnie maritime “Cotai Water Jet”, que je vous écris ces quelques lignes pour vous résumer une journée particulièrement dense et intense !

Souvent, dans les éditions du GRAND VOYAGE, certaines journées sont un peu plus fatigantes que les autres, histoire de donner le rythme, de découvrir et d’apprécier les journées de farniente à venir aux Fidji !

Aujourd’hui, partis à 07H00 du Shangri-La Kowloon nos “gladiateurs du golf” ont tout juste récupéré de leur journée de voyage.

Mais, après avoir pris des forces au superbe buffet de petit-déjeuner du Shangri-La, il est l’heure de partir pour le Jockey Club et disputer une première partie sur le parcours nord.

Situé sur l’une des îles du vaste territoire de Hong-Kong, le Jockey Club est accessible uniquement en bateau, après avoir accédé à l’embarcadère situé à une bonne cinquantaine de minutes de notre hôtel en bus.

Le territoire de Hong-Kong, d’une surface de 1100 km2 est réparti sur de nombreuses îles et îlots, de ce fait, certains trajets peuvent sembler un peu longs.

Mais, le Jockey Club avec ses 3 x 18 trous est l’un des clubs incontournables.

Aujourd’hui, par manque de chance (ou pour se dérouiller après les longues heures de vol), notre réservation est confirmée sur le parcours Nord, le seul qui se joue …obligatoirement à pied.

Evidemment, tout le monde râle un peu, d’autant que le parcours, au demeurant très scénique, est particulièrement vallonné avec ses fairways qui serpentent entre la mer de Chine et la jungle de cette belle région montagneuse …

4 Heures plus tard, les parties rentrent au club-house, souvent éreintées, mais satisfaites d’avoir jouer ce parcours très sollicité.

A 15H00, nous nous en retournons vers l’île de Hong-Kong et embarquons pour Macao où nous passerons la soirée et la nuit au Wynn Palace …
L’enfer du jeu va-t-il raviver les forces de notre troupe et qu’en sera-t-il dans quelques heures alors que le célèbre refrin du Splendid trotte dans nos têtes …

MACAO MACAO
Six plombes du mat
ça sent le sang écarlate

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.